Retour à la page d'accueil Conseil général de l'Allier


Thème associé : Immigration et saints en Armorique

pendant le haut Moyen Age



croix et fontaine saint-samson face à la mer (finistère)La Croix de Saint-Samson en Landunvez, dans l'ancienne <em>civitas</em> des Osismes (haut Moyen Age). © Yves DuflotAu haut Moyen Age, une population nombreuse émigre, depuis le sud-ouest de la Grande-Bretagne (Devon, Cornwall) et le Pays de Galles, vers l’Armorique. Il ne s’agit pas d’un épisode précis de l’histoire bretonne limité dans le temps, mais d’un flux migratoire complexe s’étalant sur plusieurs siècles et dont les causes sont multiples. La principale est l’arrivée en Bretagne insulaire, par vagues successives, d’envahisseurs qui se mêlent à la population bretonne : les Angles, les Saxons et les Jutes à l’Est, les Scots venus d’Irlande à l’Ouest. La crainte, les conflits, mais aussi plus simplement le manque de place consécutif à l’implantation parfois massive de nouveaux arrivants, poussent de nombreux Bretons à gagner le continent. Bien que majoritaire, la population bretonne n’est pas la seule à franchir la Manche. Les Vies de saints et la toponymie indiquent qu’un certain nombre d’Irlandais et, pour une moindre part, d’individus anglo-saxons, migrent également vers l’Armorique, à diverses époques. Accompagnant ces migrations, des saints bretons viennent évangéliser l’Armorique, particulièrement sous le règne du roi franc Childebert Ier (511-558), favorable aux Bretons. Les Irlandais ne sont pas en reste et fournissent aussi au continent un bon contingent de saints : Briac, Colomban, Jaoua, Ronan, Sané, Vougay, Tenenan, Sezni, Guigner [1]...
________________________________________
[1] L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne, p. 215.

Retour