Retour à la page d'accueil Conseil général de l'Allier


Fenestella

fenestella (sarcophage de blaise)Fenestella du sarcophage supposé de saint Blaise (VI<sup>e</sup> siècle). © M.-E. Bruel



Littéralement, « petite fenêtre ». Petite baie percée dans un sarcophage, au moyen de laquelle on faisait toucher à la tombe d’un saint les linges appelés brandea, que l'on récupérait ensuite sanctifiés par ce contact sacré, pour être distribués comme de précieuses reliques. On pouvait aussi y faire couler des huiles, que l’on récupérait par un petit trou circulaire situé à l’opposé de la fenestella, et que l’on conservait dans des fioles qui prenaient à leur tour le statut sacré de reliques. Cette ouverture, qui était fermée le reste du temps, comprenait généralement une feuillure dans laquelle coulissait verticalement une plaque de fermeture (sarcophage présumé de Blaise à Saint-Menoux). Au tombeau de saint Lazare d’Autun, elle était en porphyre rouge. L’ouverture percée dans le sarcophage de Menou, sans doute au XIIe siècle lorsqu’il fut vidé de son contenu, est quant à elle légèrement différente : elle restait toujours ouverte, et les pèlerins y passaient la tête en un rite de passage destiné à les guérir. La fenestella pouvait aussi être une baie percée dans un caveau funéraire (fenestella confessionis) contenant un corps saint et permettant aux fidèles de contempler le tombeau, mais sans pouvoir entrer dans le caveau, contrairement à la crypte.

Retour vers "Qui était Menou ? / Première fondation d’un monastère d’hommes"

Retour vers "Le culte des reliques durant le haut Moyen Age"