Retour à la page d'accueil Conseil général de l'Allier


Visite virtuelle de l'abbaye à la fin de l'Ancien Régime



L’église abbatiale

Plan de l'abbatialePlan de l'abbatiale © M.-E. Bruel

1. Historique des constructions [1]

La partie la plus ancienne a été bâtie au XIe siècle. Il en reste le narthex, la nef et le transept. La nef et le narthex étaient couverts d'une charpente, et les bas-côtés de voûtes.

Les parties orientales furent modifiées dans le 2e quart du XIIe siècle selon un programme raffiné, sans doute dans un désir d'émulation avec Souvigny et par les mêmes ateliers.

Le XIIIe siècle voit la construction du clocher, la reprise du transept (oculus et baies), la construction des portails nord, sud et ouest de la nef, ainsi que le percement de diverses fenêtres.

A la fin du XVe siècle, l'abbesse Madeleine d'Amboise entreprend des travaux de modernisation : reprise du bas-côté sud, de la fenêtre de la chapelle d'axe, des piles et du voûtement de la nef, percement de fenêtres gothiques dans les collatéraux.

Dans le 4e quart du XVIIe siècle on assiste à la transformation radicale des structures internes par l'abbesse Marie-Gabrielle du Boulay-Favier : modification du chœur, installation d'une sacristie dans le déambulatoire et l'absidiole sud, nouvelle porte d'entrée nord (1683), badigeonnage de l'église polychrome en blanc.

A la fin du XVIIIe siècle, le bâtiment est dégradé, les voûtes fragilisées, et la Révolution achève de le ruiner. Après la Révolution, l'église devient exclusivement paroissiale. En 1806, la flèche de pierre octogonale du clocher s'effondre. De nombreuses restaurations se succèdent vers le milieu du XIXe siècle, déplaçant ou détruisant ce qui restait de l'ancien mobilier de l'église pour redonner un impossible état d'origine. Ces interventions sauvent cependant voûtes et murs arqués d'un écroulement imminent. Le narthex devient musée lapidaire. Sa crypte, qui servait de cimetière aux religieuses, est remplie de débris et sa voûte percée.


2. Description

autel de la vierge (bois peint en grisaille)Ancien autel de la chapelle d’axe, dédiée à la Vierge (chêne peint et doré, 3<sup>e</sup> quart du XVIII<sup>e</sup> siècle).

La nef de l’église abbatiale est précédée d’un narthex à trois travées. La crypte aujourd’hui comblée s’étendait sous ce narthex et sous la première travée de la nef. Cette dernière, à trois travées également, est flanquée de deux collatéraux. Quatre chapelles rayonnantes et une chapelle d'axe carrée sont disposées autour du déambulatoire. Le chœur est surélevé. Le clocher est situé à la croisée du transept. L'angle nord-ouest de ce clocher est flanqué d’une tourelle d'escalier terminée par une petite flèche de pierre. L’église comporte une grande diversité de voûtements. Les trois travées du narthex sont voûtées en plein cintre, ainsi que le collatéral nord, ce dernier avec arcs doubleaux. Une voûte d'ogives couvre la croisée du transept, la nef et le collatéral sud. Sur les bras du transept on trouve par contre des berceaux brisés. Des voûtes d'arêtes avec doubleaux brisés couvrent le déambulatoire. Le chœur comprend deux travées en berceau brisé. L'abside et les absidioles sont couvertes d'un cul-de-four, à l'exception de la chapelle d'axe carrée, en berceau.


3. Une église monastique

L’église fut bâtie selon un plan particulier aux églises monastiques. Elle comprenait une partie réservée aux prêtres officiants, le chœur (a), le chœur liturgique, où se trouvaient les stalles des religieuses (b), et dans la nef, les convers et la population locale (c), qui pouvait déambuler dans les bas-côtés (d), le bras nord du transept (e) et le déambulatoire (f), qui menait aux chapelles (g) et permettait de vénérer le saint dont le corps reposait dans l’abside (h).

Divisions générales d'une église
________________________________________
[1] L’étude de référence de l’église a été faite par P. Duret en 1988 (« L’ancienne église abbatiale de Saint-Menoux », Congrès Archéologique de France). Les dates ici retenues sont légèrement différentes.

Galerie

statue (sainte femme agenouillée)Mise au tombeau (vestiges), calcaire, première moitié du XVI<sup>e</sup> siècle. © Inventaire Général, ADAGP. Cliché R. Choplain, R. Maston statue (berger jouant de la cornemuse)Fragment de statue : Annonce aux bergers (calcaire, milieu du XV<sup>e</sup> siècle ?). © M.-E. Bruel statue (sainte femme agenouillée)Mise au tombeau (vestiges), calcaire, première moitié du XVI<sup>e</sup> siècle. © Inventaire Général, ADAGP. Cliché R. Choplain, R. Maston
fonts baptismaux de 1543Anciens fonts baptismaux de l'église, grès, 1543. © Inventaire Général, ADAGP. Cliché R. Choplain, R. Maston décor d'architecture (chiffre A G)Décor d'architecture au chiffre "A G" ou "A C" (calcaire, 1<sup>ère</sup> moitié du XVI<sup>e</sup> siècle). © Inventaire Général, ADAGP. Cliché R. Choplain, R. Maston bénitier de marbre (diable criant)Bénitier de la porte d'entrée nord (marbre, XVII<sup>e</sup> siècle). © Inventaire Général, ADAGP. Cliché R. Choplain, R. Maston
saint jean l'évangéliste (calcaire)Saint Jean Evangéliste (ornait l'autel de la chapelle Saint-Jean ?, calcaire, Legrand ?, 4<sup>e</sup> quart du XVII<sup>e</sup> siècle). © Inventaire Général, ADAGP. Cliché R. Choplain, R. Maston grille de choeurGrille de clôture du choeur des religieuses (4<sup>e</sup> quart du XV<sup>e</sup> siècle ?). © Inventaire Général, ADAGP. Cliché R. Choplain, R. Maston sainte anne et la vierge (calcaire)Sainte Anne (ornait l'autel de la chapelle Sainte-Anne ?, calcaire, Legrand ?, 4<sup>e</sup> quart du XVII<sup>e</sup> siècle). © Inventaire Général, ADAGP. Cliché R. Choplain, R. Maston

Retour