Retour à la page d'accueil Conseil général de l'Allier


Les femmes dans la guerre



La guerre est une épreuve pour toutes les composantes de la société, et notamment pour les femmes qui jouent un rôle essentiel à l’arrière. Dans de nombreux secteurs de l’activité économique, y compris les plus masculins, elles prennent la relève des hommes mobilisés et se voient confier des rôles sociaux qui leur étaient jusque-là interdits (factrice, garde champêtre, conductrice de tramway…). Au quotidien, elles exercent souvent l’autorité paternelle en assurant l’éducation des enfants, mais aussi en gérant le foyer ou l’exploitation agricole. Elles sont également en première ligne de la solidarité nationale dans le cadre des associations de charité et d’entraide aux blessés.

L’idée d’une guerre émancipatrice pour la condition féminine doit toutefois être nuancée. D’une part, les femmes sont nombreuses à travailler en France avant la guerre ; d’autre part, pendant le conflit, elles ont surtout occupé des fonctions de remplaçantes ou d’auxiliaires et n’ont pas acquis de postes de décision. Par ailleurs, en 1914, les femmes gagnent deux fois moins que les hommes, même si cet écart sera divisé par deux en 1917.

Néanmoins, la guerre a été un accélérateur des mutations sociales en permettant aux femmes d’accéder à des fonctions nouvelles. Même si elles ont été démobilisées des usines de guerre à la fin du conflit, elles ont acquis une certaine autonomie et ont eu l’occasion d’exercer plus grandes responsabilités.

Voir l'image en grand Voir l'image en grand Voir l'image en grand

La carte postale véhicule une image stéréotypée
du rôle des femmes pendant la guerre. Ces représentations expriment une représentation sexuée des rôles dévoués aux femmes dans l’imaginaire collectif. Elles sont dominées par quelques figures emblématiques comme l’infirmière (A.D. Allier, 01 NUM 0001 0136 001).

La carte postale véhicule une image stéréotypée du rôle des femmes pendant la guerre : la mère (A.D. Allier, 01 NUM 0001 0034 001).

La carte postale véhicule une image stéréotypée du rôle des femmes pendant la guerre : la gardienne du foyer (A.D. Allier, 01 NUM 0001 0068 001).

Voir l'image en grand Voir l'image en grand Voir l'image en grand

La carte postale véhicule une image stéréotypée du rôle des femmes pendant la guerre : la mère et l’épouse (A.D. Allier, 01 NUM 0001 0234 001).

La carte postale véhicule une image stéréotypée du rôle des femmes pendant la guerre : la religieuse (A.D. Allier, 01 NUM 0045 012).

Certaines cartes postales véhiculent une représentation plus fantasmée des femmes (A.D. Allier, 01 NUM 0045 065 01).

La guerre impose aux époux et aux familles l’épreuve de la séparation. Les échanges épistolaires permettent aux époux de continuer à partager un semblant de vie de famille et de couple. Extrait d’une lettre adressée par Angéline Delaurat à son mari mobilisé (A.D. Allier, 01 NUM 0020 0365).

L’épreuve de la séparation. Extrait d’une lettre adressée par Angéline Delaurat à son mari mobilisé. La lettre incarne pour les couples séparés par la guerre le prolongement d’une relation interrompue par le conflit. Parfois, elle devient le cadre de l’expression du sentiment amoureux. Carte postale envoyée par Amédée Restituito à son épouse le 3 août 1915. (A.D. Allier, 01 NUM 0001 0047).
Voir l'image en grand Voir l'image en grand
Même si l’encadrement reste masculin,
les femmes se voient confier de nouvelles tâches dans le secteur industriel. En 1918, sur 1 700 000 personnes affectées à l’industrie de guerre, on compte 430 000 femmes. Article extrait du quotidien Le Journal du 13 février 1917.
Les femmes qui travaillent dans les usines d’armement sont surnommées les "munitionnettes". Document extrait du journal le Monde illustré daté du 21 décembre 1918 (A.D. Allier, 26 J 328).

Certaines cartes postales rendent hommage à l’indispensable travail des femmes (A.D. Allier, 01 NUM 0045 062).

Les français sont confrontés à la hausse des prix. Celle-ci est particulièrement sensible en 1916 et en 1917 alors que les salaires progressent peu. Cette baisse du pouvoir d’achat sape le moral des femmes. Certaines manifestent ou se mettent en grève pour réclamer des augmentations de salaire. Rapport du commissaire de police de Montluçon au Préfet de l’Allier au sujet de la grève des ouvrières (A.D. Allier, 10 M310). Les correspondances échangées entre le front et l’arrière font état d’une vie quotidienne difficile pour les femmes dans les campagnes. Extraits d’une lettre adressée par Noémie Melin à son époux Albert le 13 mai 1915).

Les plus jeunes ne sont pas épargnés par le conflit. Extraits du témoignage de Madeleine Aumaître, âgée de 14 ans en 1918 (A.D. allier , 1 NUM 046).

Certaines lettres de soldats comportent des conseils relatifs à l’éducation ou à la tenue des enfants (Extraits d’une lettre d’Albert Melin adressés à son épouse Noémie du 9 mars 1915).

Certains agriculteurs mobilisés entendent demeurer le chef de l’exploitation agricole et donnent des instructions à distance, malgré l’éloignement. Carte écrite par Jean Dagon à son épouse (non datée).

A.D. Allier, 01 NUM 0001 218.

Toutefois, la plupart des cultivateurs mobilisés, à l’instar de Félix Delaurat font toutefois confiance à leur épouse pour gérer les travaux de la ferme. Extrait d’une lettre envoyée par Félix Delaurat à son épouse le 2 sept 1915 (A.D. Allier, 01 NUM 0020 0149).

Voir l'image en grand

De fait, la guerre fut à l’origine de la promotion spontanée de plusieurs millions de femmes d’agriculteurs au rang de chefs d’exploitation. Lettre d’Angéline Delaurat du 19 septembre 1915 (A. D. Allier, 01 NUM 0020 0366).

71 000 françaises sont devenues infirmières pour porter secours aux blessés. Près de 400 seront décorées de la légion d’honneur. Parmi les femmes médaillées de la guerre, la moitié sont des infirmières. (A.D. Allier, 9 J 69).

Les marraines de guerre apparaissent dès 1915. D’abord prévu pour les soldats des régions envahies du Nord et de l’Est séparés de leurs familles, le système s’étend à tous les autres militaires. Correspondance d’un soldat adressée à sa marraine (A.D. Allier, 01 NUM 0025 0042).

La démobilisation des femmes. En janvier 1919, la démobilisation des femmes est officialisée. De nombreuses usines se reconvertissent et les emplois tenus temporairement par les femmes sont repris par les hommes (A.D. Allier, 1 M 2358).

Après le conflit, certaines femmes méritantes furent honorées pour services rendus pendant la guerre (A.D. Allier, 2224).

Après le conflit, certaines femmes méritantes furent honorées pour services rendus pendant la guerre (A.D. Allier, 2224).

Voir l'image en grand
Lettre écrite par Marie Giraud à sa sœur Marie Joséphine Pioton le 7 août 1914 (source : famille de Louis Pioton-A.D. Allier, 01 NUM 47-003)

Après le conflit, certaines femmes méritantes furent honorées pour services rendus pendant la guerre (A.D. Allier, 2224).

Page précédente / Page suivante