Retour à la page d'accueil Conseil général de l'Allier

Jean Sennepin (Chézy)

Jean Sennepin (voir photos) était domestique agricole à Chézy, dans le canton de Chevagnes, dans le département de l’Allier. Il est mobilisé en août 1914 à l’âge de 23 ans (voir documents militaires).

Au cours d’un affrontement avec les troupes allemandes à Sarrebourg, en Lorraine le 20 août 1914, il est blessé à la jambe droite, par un tir d’obus. Le lendemain, il est fait prisonnier par les Allemands, qui le conduisent vers son lieu de captivité à Grafenwörh, en Allemagne, principal camp de Bavière. Durant sa détention, il travaille avec d’autres de ses camarades prisonniers à la mine de Waherdorf. Durant cette période, Jean Sennepin rédige un carnet un « carnet de captivité (voir carnet)», relatant dans un premier temps, ce qu’il a pu vivre avant d’être fait prisonnier : l’atmosphère de la mobilisation, ses occupations dans les tranchées, les combats parfois sanglants qui l’ont opposé aux Allemands. Mais surtout il décrit ses conditions de détention en tant que captif. Au travers de chansons et de poésies, il met en avant ses conditions de vie. Le manque de nourriture, le froid, les poux, les épidémies, l’ennui sont son lot quotidien. Il évoque ses occupations, essayant ainsi de lutter contre « le cafard » du fait de l’éloignement de ses proches ; les prisonniers ont créé des pièces de théâtre (voir photos), souvent dans la clandestinité. Jean Sennepin a écrit à sa famille pour prendre des nouvelles de chez lui mais également pour demander de l’aide par l’envoi de colis. Il mentionne aussi son travail, souvent décrit comme pénible, qu’il effectue avec d’autres de ses camarades, prisonniers à la mine de Waherdorf (voir photos) dans lequel il écrit de nombreuses chansons et des poésies sur sa condition de prisonnier, sur la guerre, ce qu’il a pu vivre avant d’être fait prisonnier (la vie et les occupations dans les tranchées, l’atmosphère de la mobilisation, les combats sanglants contre les Allemands). Il est libéré en décembre 1918 (voir certificat de bonne conduite).

Retour