Retour à la page d'accueil Conseil général de l'Allier

Fernand Denis Richet, Aubigny (voir carte d’identité)

Fernand Denis Richet, est né à Thionne en 1881 et exerce le métier de cultivateur à Aubigny, suite à son diplôme de l’Ecole Nationale d’Agriculture de Rennes obtenu le 28 juillet 1904.

Nous pouvons suivre sa carrière militaire grâce à son registre matricule.

Lorsque guerre débute en août 1914, il a le grade de sergent (voir fascicule de mobilisation). Le 9 octobre 1915 il est nommé adjudant et grimpe au grade de Sous-Lieutenant de Réserve d’abord à titre temporaire (« T.T ») le 3 janvier 1916 puis à titre définitif (« T.D ») par décret présidentiel du 27 juillet 1916.

Sa bravoure lui vaut une première citation le 12 novembre 1916 :

« Du 26 octobre au 2 novembre 1916 a occupé avec sa section une tranchée particulièrement exposée au bombardement ennemi. A fait preuves des plus belles qualités militaires : courage, abnégation, initiative. N’a cessé d’encourager ses hommes et de leur donner l’exemple du mépris le plus complet du danger. Au front depuis deux ans, s’est toujours brillamment conduit »

Blessé par balle le 13 juin 1917 à la cuisse droite à Saint-Quentin (Aisne), il doit être amputé et a besoin de béquilles (voir photo)

Il est décoré de la Croix de Guerre avec une étoile d’argent et reçoit la Légion d’Honneur, au grade de Chevalier par arrêté ministériel du 6 septembre 1917 (paru au Journal Officiel du 7 septembre 1917). Il est alors décrit en ces termes : « Excellent officier, de la plus grande bravoure et du plus beau sang-froid, ayant de son devoir la conception la plus élevée. A été très grièvement blessé le 13 juin 1917, en accomplissant sa mission » (voir sa citation)

Il termine la guerre au grade de Lieutenant de Territoriale par décret présidentiel du 5 juin 1918. (voir une enveloppe portant son grade). Il est mis en congé « illimité » le 16 décembre 1918.

Sa famille a gardé ses cartes postales envoyées à ses parents, des photos où il pose avec ses camarades ou dans la tranchée ainsi que son fusil et sa capote militaire.

Retour