Retour à la page d'accueil Conseil général de l'Allier

Etienne DUTOUR, Neuilly-le-Réal (voir photos)

Etienne Dutour, cultivateur à Neuilly-le-Réal, est âgé de 39 ans lorsque la guerre est déclarée en août 1914 (voir son registre matricule). Il est alors marié à Marguerite avec qui il élève leurs 4 filles : Juliette, Marie, Maria et Jeanne, respectivement âgées en 1914 de 13, 11, 7 et 3 ans (voir photo de famille).

Il est affecté dans l’infanterie. Après une semaine d’instruction, il part au Front -« aux armées »- le 13 août 1914 jusqu’au 29 août 1915. Blessé le 30 août 1915, il retourne d’abord à l’arrière -« intérieur »- le 30 août 1916 puis va combattre le 27 décembre 1916 au 22 août 1917.

Le 14 avril 1916 il est cité à l’ordre de son régiment : « Excellent soldat, blessé lui-même par un éclat d’obus, n’a pas perdu son sang-froid et ne s’est préoccupé que de porter secours à des camarades physiquement frappés » (voir copie) Cette blessure au genou gauche entraînant une « arthrite chronique », la commission de réforme de Roanne lui reconnaît une invalidité à hauteur de 20% le 11 février 1920 mais qui sera réévaluée à 10 % en 1923.

A partir du 28 novembre 1916, passé ses 40 ans, il passe de l’armée active à la territoriale.

Le 28 février 1918, il est affecté aux aciéries de Puy-Guillaume (Puy-de-Dôme) et est détaché à cette usine le 8 février 1919. Il est libéré du service militaire le 20 novembre 1924.

La famille conserve encore aujourd’hui des cartes postales échangées entre Etienne et les siens. A cause des retards du courrier, Etienne pense que sa femme l’oublie ce qu’elle celle-ci dément avec force « tu me dis que je tai oublier non jamais je toubliré tu doit avoir des lettres en route » (carte de Marguerite du 2 juin 1915). Ses filles disent qu’il leur manque : « je voudrait que tu sois auprès de nous » (carte de sa fille Marie, 12 janvier 1915) et lui parlent des travaux de la ferme : « les foins sont fini depuis dimanche » (carte de Juliette du 6 juillet 1915).

Dans un cadre sous verre 3 médailles commémoratives : la médaille Interalliée de la Victoire, la Croix de guerre avec étoile de bronze, la médaille commémorative 1914-1918.

Retour