Retour à la page d'accueil Conseil général de l'Allier

BLESSURES PHYSIQUES : L'ENJEU DE LA REINSERTION

"Ce soir il est passé un homme à qui il manque la main gauche ; il se dit mutilé de la guerre et des pays envahis. Il demandait l’aumône ; il nous a dit qu’il cherchait sa vie. Nous l’avons rencontré dans la rue, je ne lui ai rien donné. Je ne sais si j’ai bien ou mal fait ! était-il sincère ? La blessure lui donne bien droit à une pension, s’il est des régions du Nord il a bien une autre indemnité. Et puis ne se charge-t-on pas de donner une profession à ces blessés-là ?"

Source : Archives départementales de l’Allier, lettre de Noémie à Albert, 27/12/1918, fonds Melin (cote : 117 J 4)

Cette réflexion de Noémie Melin en dit long sur les difficultés de réinsertion sociale des 4,3 millions de blessés en France[1] à la sortie de la Première Guerre mondiale. Pour les associations de mutilés, il faut non seulement que l’Etat assume la prise en charge financière des soins mais qu’il facilite la réinsertion professionnelle de ces hommes. Les formations offertes aux mutilés et les emplois réservés sont autant de leviers à actionner pour faciliter un retour à la vie « normale ».

 Blessés à l'hôpital 104 de Moulins, ancienne école normale d'institutrice, rue Pape-Carpentier.Crédits : Dr Destemberg Dr Destemberg

[1] Chiffres d'après Jay Winter, The Great War and the British People, cité dans Stéphane Audoin-Rouzeau, Jean-Jacques Becker, Encyclopédie de la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2004

Soins gratuits aux blessés : "la Charte du combattant"

La loi du 31 mars 1919, plus connue sous le nom de « Charte du Combattant » substitue à la notion d’« assistance » (portée aux invalides de guerre et aux familles des décédés par la législation précédente) celle du « droit à réparation » pour les Anciens Combattants et Victimes de Guerre. Les bénéficiaires peuvent désormais prétendre à une pension couvrant le préjudice subi. L’article 64 de cette loi prévoit des soins gratuits aux mutilés et pensionnés de la guerre. Chaque commune établit ainsi une liste comme ici à Lafeline dans les années 1920 et 1930. Les bénéficiaires de ces soins reçoivent un carnet comme ci-dessous le moulinois Pierre Buchonnet.

 Charte du combattant, loi du 31 mars 1919

Loi du 31/03/1919 paru dans le JO du 2 avril 1919

Source : site internet Gallica

Soins gratuits à Lafeline, extraits des dossiers des bénéficiaires, page 1 Commune de Lafeline, archives déposées. Cote : FRAD003_128_ED_5_Q_2_liste_pensionnés_Lafeline_001-012 Soins gratuits à Lafeline, extraits des dossiers des bénéficiaires, page 9 Commune de Lafeline, archives déposées. Cote : FRAD003_128_ED_5_Q_2_liste_pensionnés_Lafeline_001-012

 Soins gratuits à Moullins, extrait du carnet de bons médicaux et pharmaceutiques de Pierre Buchonnet Crédits : B. Nicolas. Cote : FRAD003_01_NUM_0003_0012_001  Soins gratuits à Moullins, extrait du carnet de bons médicaux et pharmaceutiques de Pierre Buchonnet, page 2 Crédits : B. Nicolas. Cote : FRAD003_01_NUM_0003_0012_002

Voir carnet entier de P. Buchonnet

Rôle des associations : assurer le lien

Bulletin d’aide aux victimes de la guerre des populations rurales

Bulletin d'aide aux victimes de la guerre des poupulations rurales, juillet 1918 Archives départementales de l’Allier, cote : REV 11/1.

Sources : archives départementales de l'Allier, cote : REV_11_1

lien pdf

Les blessés de guerre peuvent également se retrouver au foyer du blessé à Moulins.

Foyer du blessé, cours Jean Jaurès, à Moulins, carte 2 Foyer du blessé, cours Jean Jaurès, à Moulins, carte 3

Crédits : René Migeon

lien pdf