Retour à la page d'accueil Conseil général de l'Allier
  • Accueil  » 
  • Informations pratiques  » 
  • Présentation des Archives


Présentation des Archives

Voir l'image en grand

Que sont les archives?

Un fonds d’archives est l’ensemble des pièces de toute nature que tout corps administratif, toute personne physique ou morale a produites et réunies en raison de ses fonctions et de son activité. A l’intérieur d’un fonds d’archives se trouvent des pièces ou documents d’archives qui ne prennent toute leur valeur qu’en raison même de leur appartenance au fonds et dans le contexte de l’ensemble des pièces du fonds.

Que trouve-t-on dans un service d’archives départementales ? Tout d’abord les fonds d’archives des institutions, administrations et établissements de l’Ancien Régime supprimés pendant la Révolution française, créatrice de l’administration des Archives de France : ainsi en est-il des archives des tribunaux d’Ancien Régime tels que parlements, bailliages et sénéchaussées, de celles des intendances, de celles encore des anciennes administrations financières, etc. A la même époque furent séquestrés les titres du clergé et ceux des émigrés et condamnés, les uns et les autres en tant que Biens nationaux : ces titres, parmi lesquels se trouvent les archives des évêchés, paroisses et communautés religieuses, rejoignirent l’ensemble des fonds administratifs de l’Ancien Régime. Ces deux arrivées massives ont formé l’embryon des Archives départementales.

Depuis la Révolution, les Archives départementales s’accroissent régulièrement des fonds des administrations et institutions publiques du département, telles que préfecture, sous-préfectures, services extérieurs de l’Etat et Conseil général. Il s’y ajoute encore les archives des notaires et des archives de communes ou d’hôpitaux qui peuvent être confiées en dépôt aux Archives départementales. Enfin, des particuliers, des entreprises, des associations peuvent aussi remettre leurs archives en don, dépôt ou legs, de même que les Archives départementales peuvent faire l’acquisition de documents d’origine privée.

La notion d’ancienneté n’est donc pas automatiquement liée à celle d’archives. A côté de parchemins des XIe et XIIe siècles, de pièces scellées du XIVe siècle ou encore de registres du XVIIIe siècle peuvent se trouver les papiers produits par un bureau de la préfecture en 1975 ou encore les archives sous forme informatique d’un établissement commercial contemporain.


A quoi servent les archives ?

Les archives sont tout d’abord ce qui constitue la preuve des biens et celles des droits. Cette notion de preuve est d’ailleurs à l’origine des archives qui autrefois n’étaient conservées que sous ce seul aspect. Ainsi une filiation sera-t-elle établie à l’aide de l’état civil, le paiement d’un impôt grâce aux sources fiscales, la propriété d’un bien par d’autres documents tels que les pièces cadastrales ou les registres des hypothèques.

Les archives servent aussi à la recherche historique : elles sont, a-t-on pu dire, la mémoire écrite de la Nation. C’est grâce à elles que l’on peut connaître le passé. Ainsi des fonds judiciaires d’Ancien Régime permettent-ils d’étudier la société d’autrefois. De même, les archives des ponts et chaussées nous font connaître l’histoire de nos chemins ou celle de nos ponts. Les archives de l’Inspection académique et celles des lycées, collèges et écoles nous retracent l’histoire de l’enseignement au cours des XIXe et XXe siècles. D’où la nécessité évidente de recourir aux archives pour qui veut étudier l’histoire des siècles passés ou celle de notre temps.

Enfin les archives fournissent à l’enseignant une importante documentation d’intérêt local de nature à étayer ses cours au moyen d’exemples concrets. Le professeur d’histoire, en particulier, s’attachant à telle question de son programme, pourra l’éclairer et l’égayer d’exemples et de faits locaux retrouvés grâce aux archives.


Comment accéder aux archives ?

L’ensemble des fonds est classé de façon à respecter leur provenance et leur organisation interne. De grandes séries, désignées par des lettres, réunissent plusieurs fonds : ainsi l’ensemble des archives judiciaires de l’Ancien Régime est-il conservé en série B, les fonds des tribunaux des XIXe et XXe siècles forment-ils la série U, etc. A l’intérieur de chaque série peuvent avoir été constituées des sous-séries désignées par un chiffre précédant la lettre : la sous-série 3 P contient les archives du cadastre, la sous-série 5 S les dossiers relatifs à l’établissement et à l’exploitation des chemins de fer. A l’intérieur de chaque série ou sous-série les articles (registres, liasses ou cartons contenant plusieurs pièces) reçoivent une cote permettant de les identifier aisément. Le cadre de classement des archives est le même pour tous les départements.


(extraits actualisés de l’ouvrage de M. Maréchal, Guide des Archives de l’Allier, Yzeure, 1991, 510 pages)