Retour à la page d'accueil Conseil général de l'Allier


Le haut Moyen Age Evangéliaire de Gannat, IXe s. © mairie de Gannat<em>Evangéliaire de Gannat</em> (plat inférieur : émaux mosans du XII<sup>e</sup> siècle, camée et intaille antiques, cabochons...), dernier quart du IX<sup>e</sup> siècle, musée municipal Yves Machelon, Gannat. © mairie de Gannat



On sait peu de choses sur le Bourbonnais au temps des Mérovingiens ; il n’y a pas lieu de s’en étonner tant sont rares les textes de cette époque. Il convient cependant de mentionner un diplôme de Childebert III qui fait don de la villa de Nassigny à l’abbé de Saint-Denis en 695. A l’époque carolingienne apparaissent des officiers chargés d’administrer le pays : il s’agit des viguiers. On en est au temps où Pépin le Bref est en lutte avec les ducs d’Aquitaine ; de fait, ses troupes traversent nos contrées, notamment en 761. Bientôt surviennent les invasions normandes. Les moines de Noirmoutier et ceux de Saint-Maixent fuient devant leurs hordes ; les premiers s’arrêtent à Saint-Pourçain avant de poursuivre leur errance vers Tournus, les seconds s’établissent à Ebreuil. De l’époque carolingienne, enfin, date le célèbre Evangéliaire de Gannat conservé au musée de la ville.

Au début du Xe siècle, sans doute vers 915, a lieu un événement banal en apparence mais riche de conséquences. Un certain Aimard, qualifié de miles clarissimus, sans doute viguier de Deneuvre ou de Bourbon, donne sa terre de Souvigny à l’abbaye de Cluny ; le prieuré de Souvigny est bientôt fondé par Cluny et en devient la première « fille ». Or, cet Aimard se trouve être l’ancêtre des sires de Bourbon ; ainsi apparaissent à la même époque les deux grandes puissances qui vont marquer le Bourbonnais médiéval. De fait, pouvoir temporel et pouvoir spirituel vont s’épauler mutuellement.


(extraits actualisés de l’ouvrage de M. Maréchal, Guide des Archives de l’Allier, Yzeure, 1991, 510 pages)